Missionnaires d'Afrique

Pères blancs

La Société des Missionnaires d’Afrique (Pères Blancs) est née en Algérie, fondée en 1868 par Mgr. Lavigerie, archevêque d’Alger. Cette nouvelle société missionnaire prit au début l’habit arabe. Le surnom populaire de « Père Blanc » vient de cet habit qu’ils garderont ensuite en s’enfonçant au cœur du continent africain. Nous avons choisi de ne jamais vivre seuls. Le missionnaire vit en communauté. Ce sont toujours des communautés internationales en Afrique et dans les maisons de formation. En 1892, à la mort du cardinal Lavigerie, 278 missionnaires d’Afrique de 5 nationalités différentes travaillaient déjà dans 6 pays : Algérie, Tunisie, Ouganda, Tanzanie, Congo et Zambie.

Aujourd’hui, ce sont 1456 missionnaires (dont 189 belges et dont 52 travaillent hors de Belgique) de 37 nationalités qui travaillent dans 43 pays dans 264 communautés. Les candidats en formation (philosophie, année spirituelle, stage pastoral et théologie) sont au nombre de 382 : 305 Africains, 10 Européens, 17 d’Amérique centrale et du sud, 49 Asiatiques et 1 d’Amérique du Nord.

La formation (4 étapes)

1. Première prise de contact : une formation d’au moins deux ans dans une communauté, si possible dans le pays d’origine. Approfondissement de la foi et de la motivation. Etudes de philo et d’autres sciences humaines, de bible, d’histoire de l’Eglise et de la liturgie.

2. Année spirituelle : dans un des 2 centres internationaux en Afrique (Zambie ou Burkina). L’accent est mis sur la prière et la connaissance du charisme de notre fondateur par l’étude, la vie communautaire et le service social.

3. Stage : vivre dans une paroisse en Afrique en tant que membre d’une communauté des missionnaires d’Afrique pendant 2 ans. Découvrir une culture étrangère, apprendre une langue et faire l’expérience concrète de l’engagement missionnaire.

4. Théologie : ce dernier pas est un cycle de 4 ans d’études de théologie et de missiologie dans une de nos maisons de formation (Abidjan ou Nairobi) ou, en petits groupes de formation (Jérusalem, Kinshasa ou Nairobi).

Cette formation se termine, tant pour les candidats « frères » que pour les candidats appelés au sacerdoce, par le serment missionnaire à vie.

Pour ceux qui aimeraient donner quelques années de leur vie à la Mission, il existe des formes d’association et de coopération.

Nos sites internet : de la Société : www.africamission-mafr.org
de la Belgique : www.lavigerie.org