Salésiens de Don Bosco

Don Bosco

Jean Bosco, naît le 16 août 1815 dans un hameau de la région de Turin, dans une famille pauvre de la campagne. Orphelin de père à deux ans, Jean rêve de devenir prêtre. Très tôt il regroupe des enfants et des jeunes, fait le saltimbanque et leur apprend à prier. Après les études tardives et le séminaire à Chieri, il est ordonné prêtre et poursuit sa formation pastorale à Turin. Il rencontre des jeunes en prison ou abandonnés dans la grande ville, il les regroupe et commence son œuvre d’éducation. Il fonde un « oratoire » où il les accueille et leurs donne une formation qui permet l’insertion sociale. Dès 1850 il s’entoure de collaborateurs et en 1859 fonde une congrégation qu’il met sous la protection de St François de Sales, auteur d’une spiritualité ouverte à tous et modèle de patience et de douceur, fort connu en Piémont. En 1870, Jean Bosco il crée une association de laïcs, les Salésiens Coopérateurs et en 1872, avec Marie Mazzarello, il fonde les Filles de Marie Auxiliatrice. Le 8 décembre 1887, il accepte d’ouvrir une maison à Liège. Il meurt le 31 janvier 1888 dans la pauvreté qu’il a toujours voulu vivre.

Une spiritualité et une pédagogie pour notre temps. Pour Don Bosco, les deux aspects sont étroitement liés, car il veut développer le jeune et l’homme dans toutes ses dimensions. La pédagogie se résume dans le "Système préventif" qui se fonde sur une présence éducative, faite de "Bonté affectueuse" (Amorevolezza) : "sans affection pas de confiance, sans confiance pas d’éducation", sur la religion ou la recherche de sens, et sur la raison qui considère le jeune comme acteur de son éducation et de son développement : "Sans vous, je ne peux rien faire". Les trois réalités "Affection, Religion, Raison" ne peuvent être dissociées.

Les salésiens dans le monde…

Les salésiens vivent en communautés, sans faire de distinction entre les frères appelés "coadjuteurs" et les prêtres, soit 15.000 religieux présents dans 130 pays, sur les 5 continents. Leur première préoccupation est l’éducation des jeunes les moins favorisés. Pour répondre aux besoins du temps et des divers lieux d’insertion, ils ont créés des maisons d’accueil, des écoles, des instituts techniques, des centres de jeunes et de loisirs, des centres de formation pour jeunes adultes, des centres spirituels et de formation chrétienne etc… Aujourd’hui, ils développent le Volontariat national ou international (VIS) et travaillent en collaboration avec les "Filles de Marie Auxiliatrice" (FMA), la branche féminine. Une part importante est donnée à la communication sociale et aux mass média surtout dans les pays en voie de développement…

Aujourd’hui en Belgique francophone

Pendant longtemps, les salésiens se sont investis principalement dans les grandes écoles. (Liège, Bruxelles, Tournai, Verviers, Huy, Remouchamps). Aujourd’hui, les laïcs ont pris leur place et le relais, mais les œuvres restent salésiennes par la structure, "l’esprit salésien" et l’animation pastorale. Les religieux salésiens animent aussi des paroisses et développent une pastorale de jeunes (camps, marches, camps services, engagement Tiers-Monde etc..). Ils animent aussi deux centres de jeunes dans des milieux populaires, à Hornu et au centre de Bruxelles dans un milieu d’immigration, et un Centre Spirituel important à Grand-Halleux dans les Ardennes.

Les salésiens de Belgique Sud font maintenant partie d’une Province commune avec les salésiens de France. Avec eux, c’est toute la Famille salésienne qui est aujourd’hui porteuse de la spiritualité et de la pédagogie de Don Bosco : ainsi, les salésiens coopérateurs, les anciens et amis de Don Bosco, les volontaires de Don Bosco et de nombreux éducateurs et animateurs travaillent avec les religieux à l’actualisation du charisme de leur fondateur.

Sites:

http://www.donbosco.be
http://www.sdb.org
http://www.salesien.com

Renseignements :

Père André van der Sloot
Rue des Wallons 61
4000 LIEGE